salam
ActualitésSanté
A la Une

Vers des vaccins tout-terrain face aux mutations du virus

Pour contourner l’inéluctable obsolescence des antidotes actuels face à l’ubiquité du SRAS-CoV, plusieurs biotechs planchent sur une solution universelle.

Les vaccins anti-Covid sont-ils condamnés à vite devenir obsolètes face aux mutations du virus? Certaines start-up travaillent sur des vaccins qui seraient efficaces pendant des années, voire plus. Mais la perspective est encore bien incertaine.

«Ça pourrait protéger sur plusieurs années», assure à l’AFP Alexis Peyroles, patron d’OSE Immunotherapeutics, à propos d’un projet de vaccin pour lequel cette start-up française vient d’entamer de premiers essais cliniques.

La promesse, c’est un vaccin qui résiste à l’apparition des variants, les nouvelles souches du coronavirus qui diffèrent de celles à partir desquelles ont été développés les premiers vaccins.

C’est l’une des grandes inconnues actuelles de l’épidémie: à quel point les vaccins actuellement administrés, comme celui de l’américain Pfizer, resteront efficaces quand ces variants vont se multiplier?

Une nouvelle dose actualisée chaque année

Jusqu’à maintenant, ils semblent bien tenir mais le patron de Pfizer lui-même, Albert Bourla, a récemment jugé probable de devoir injecter chaque année une nouvelle dose – actualisée – de son vaccin.

Face à ce défi, plusieurs biotechs suivent une piste différente des vaccins actuels: elles cherchent à stimuler d’abord les lymphocytes T, la part de la réponse immunitaire qui se concentre sur le repérage et l’élimination des cellules déjà infectées – et non sur le virus lui-même.

Les vaccins en circulation, eux, visent d’abord la production d’anticorps, qui reconnaissent et détruisent le virus directement, avant qu’il n’infecte une cellule. Cela ne signifie pas que ces vaccins n’induisent aucune réponse par lymphocytes T – les premières données sont plutôt encourageantes – mais ce n’est pas leur angle d’attaque prioritaire.

Or, les lymphocytes T ont théoriquement plusieurs avantages par rapport aux anticorps. Ils peuvent survivre plus longtemps dans l’organisme et réagissent à des composants du virus qui ont beaucoup moins de risques de muter que ceux repérés par les anticorps.

En France, la piste de la «réponse T» est suivie par OSE et une concurrente lyonnaise, Osivax, qui promet même un vaccin «universel», c’est-à-dire prêt à répondre à tout variant potentiel. L’Etat leur a octroyé des millions d’euros de financement, alors que la France est en retard en matière de développement d’un vaccin anti-Covid.

Ces projets sont isolés car peu de laboratoires croient à un vaccin universel. Sur les presque 400 projets de vaccins anti-Covid recensés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), seuls quelques-uns revendiquent cette optique.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité