salam
ActualitésEconomie
A la Une

Perspectives macro-économiques du Sénégal: Une croissance, à 3,7% en 2021, selon l’analyse d’une mission du FMI

Les perspectives macroéconomiques sont cependant devenues plus difficiles depuis l’adoption du budget initial 2021. La résurgence de la pandémie COVID-19 au Sénégal et chez ses principaux partenaires commerciaux et la hausse des prix des produits de base, entraînent des révisions à la baisse des prévisions de croissance, à 3,7% en 2021 (contre 5,2% comme prévu initialement) et 5,5% en 2022.

D’après le FMI, la croissance plus faible en 2021 conduit à une révision à la baisse des objectifs de recettes du budget initial, tandis que la hausse des prix mondiaux du pétrole augmente le besoin de subventions énergétiques.

Dans le même temps, de nouvelles priorités de dépenses sont apparues: le financement de la campagne de vaccination COVID-19 et la création d’emplois et d’opportunités économiques pour les femmes et les jeunes, car la pandémie a exacerbé les défis de millions de jeunes Sénégalais sans formation ni emploi. Le programme d’urgence pour les jeunes envisage en particulier un programme de recrutement direct du gouvernement, des travaux communautaires, une accélération des investissements publics à forte intensité de main-d’œuvre et des incitations à la création d’emplois dans le secteur privé.

La stratégie budgétaire à moyen terme des autorités a été révisée pour refléter ces nouvelles priorités et prévoit un déficit de 5,4% du PIB en 2021, contre 5% du PIB dans le budget initial. La trajectoire du déficit budgétaire reste ancrée par l’objectif de revenir à la norme de déficit de l’UEMOA de 3% du PIB d’ici 2023, afin de maintenir la dette publique sur une trajectoire soutenable.

La réalisation de cet objectif dépendra de la mise en œuvre résolue de la stratégie de revenus à moyen terme; l’identification des économies budgétaires pour tenir compte des nouvelles priorités; et un financement concessionnel supplémentaire, notamment du FMI. La prolongation de l’initiative de suspension de la dette du G-20 jusqu’à la fin de 2021 contribue à fournir un espace budgétaire supplémentaire.

«Pour soutenir la croissance tirée par le secteur privé et maintenir la viabilité de la dette, les autorités se sont engagées à garantir l’efficacité des nouvelles dépenses du programme d’urgence pour les jeunes et à accélérer les réformes structurelles en cours pour stimuler l’investissement privé et la création d’emplois.

En particulier, les autorités envisagent de créer des guichets uniques dans tout le pays pour fournir des services d’orientation et d’emploi aux jeunes et de créer un identifiant unique et une base de données des bénéficiaires du programme d’urgence ».

« L’examen en cours de l’efficacité des nombreux mécanismes et entités publics existants en faveur des femmes, des jeunes et des PME éclairera la préparation d’une stratégie de rationalisation de ces mécanismes et entités. En parallèle, des réformes pour améliorer la gestion des droits fonciers et de propriété », conclut l’équipe du FMI, qui a tenu à remercier les autorités pour leur coopération étroite et leurs discussions franches.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité