salam
ActualitésSociété
A la Une

Les précisions d’un Dr Pharmacien: «Ce ne sont pas des faux médicaments qui ont été saisis»

​Alors que tout le monde parle de « faux médicaments », le Dr Mar Fall, pharmacien, tient à préciser que « ce ne sont pas des médicaments, mais plutôt des dispositifs et consommables médicaux » qui ont été saisis dans un entrepôt qui se trouve à la Patte d’Oie. Selon lui, l’inspecteur avait l’obligation morale, en tant que pharmacien, de préciser que la plus grande de la saisie n’était pas composée de faux médicaments, mais de dispositifs médicaux. Encore qu’au Sénégal, il n’y a pas de réglementation relative à ces produits. D’où son plaidoyer pour une accélération de la réglementation sur les dispositifs médicaux en prenant comme modèles les pays du Maghreb pour se doter d’un système de ‘’Matériovigilance’’ allant même jusqu’à l’exigence d’une autorisation de mise sur le marché (Amm).

« Le médicament a une définition juridique. Et tout produit qui ne répond pas à cette définition ne peut pas être appelé médicament. Les dispositifs et consommables médicaux (seringues, perfuseurs, tubes d’analyses biologiques, cotons, sparadraps, bandes, masques, gants…) ne sont pas des médicaments au sens juridique. Mieux, il n’y a pas de réglementation pour déterminer les personnes qui doivent manipuler ces produits qui ne sont pas sans danger quand même. Ce vide dans la réglementation fait que tout le monde s’active dans ce business mais au finish, dans l’état actuel, on ne peut rien leur reprocher. Les personnes qui vendent ces produits ne sont pas dans pas l’illégalité si, bien sûr, elles ont un agrément de commerce », explique le Dr Mar Fall dans les colonnes du journal Le Témoin.

Qui ajoute: « Si l’on revient sur les faits d’hier (Ndlr, mercredi) avec la saisine effectuée par la Sûreté urbaine, on ne peut aucunement parler de faux médicaments. Parce que, pour parler de faux médicaments, il faut que cela soit d’abord des médicaments. Mais ce qu’on a vu sur les vidéos, à part les solutés — je ne sais pas s’il s’agit de glucosés ou de salés — qui, eux, répondent à la définition du médicament, tout le reste, c’est-à-dire les 90 %, ce ne sont pas des médicaments. Mais plutôt des dispositifs et consommables médicaux. Je le répète, il n’y a pas de réglementation sur ces produits. Raison pour laquelle, ça va dans tous les sens. L’inspecteur sollicité avait l’obligation morale, en tant que pharmacien, de préciser que la majorité de la saisie était composée de dispositifs médicaux et non de faux médicaments. Ce, pour ne pas ouvrir la voie à toute cette polémique qui salit l’image de toute une profession ».

En conclusion, le Docteur Mar Fall affirme que « Par conséquent, je recommande à l’Etat d’accélérer la réglementation sur les dispositifs médicaux pour circonscrire ceux qui peuvent les manipuler et se référer aux pays du Maghreb tels que le Maroc, la Tunisie, l’Algérie pour se doter d’un système de ‘’Matériovigilance’’ allant même à l’exigence d’une autorisation de mise sur le marché (Amm) pour ces produits qui, je le répète, ne sont pas anodins »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité