salam
ActualitésInternationalSanté
A la Une

A Nantes, l’espoir d’un vaccin efficace contre tous les variants

Depuis un an, des chercheurs testent le vaccin CoVepit. Les essais cliniques de phase 1 ont même déjà débuté.

Un vaccin efficace contre toutes les formes de variants du Covid-19 ? C’est sans doute le rêve de tous les Français. Alors que de nombreuses doses sont déjà sur le marché, un laboratoire français, basé à Nantes, tente de mettre au point un vaccin efficace contre tous les variants du virus, rapporte France Bleu. Ce vaccin CoVepit est élaboré en Loire-Atlantique par des chercheurs nantais et parisiens dans le laboratoire OSE Immunotherapeutics. Et selon nos confrères, une étape a été franchie ces derniers jours, puisque le vaccin est passé en essai clinique de phase 1 en Belgique, c’est-à-dire avec essais sur des patients « sains et volontaires ».

Dès le début, les chercheurs se sont lancés dans un vaccin différent étant persuadés que, comme il s’agissait d’un virus, il y aurait des variants. « Les variants correspondent à l’extérieur du virus, donc nous avons essayé de développer un vaccin qui permet au corps humain de fabriquer des défenses immunitaires qui s’attaquent au cœur du virus », détaille à France Bleu le directeur d’OSE Immunotherapeutics, Nicolas Poirier. Le laboratoire ne veut pas concurrencer les autres vaccins mais « voir à plus long terme ».

Besoin d’argent

Leur aventure a commencé pendant le premier confinement, période lors de laquelle les scientifiques ont utilisé leur « temps de cerveau disponible pour trouver une solution ». Mais aujourd’hui, le laboratoire craint d’être confronté à un problème économique. Car si le vaccin est en essai clinique de phase 1, pour les deux suivants, il va falloir des millions d’euros supplémentaires. « Nous ne sommes pas une grosse structure comme BioNTech », rappelle Nicolas Poirier.

OSE Immunotherapeutics a entamé des discussions avec le gouvernement, mais ce dernier privilégie le court terme pour le moment, ce qui désespère un peu le directeur scientifique : « Il faut préparer l’avenir et oser entreprendre », dit-il à France Bleu. Deux écueils restent désormais à affronter : les résultats des essais 1, et ensuite, s’ils sont positifs, la recherche de financements. Si tout va dans le bon sens, le vaccin pourrait voir le jour dès la fin de l’année.

capital

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité