ActualitésSanté
A la Une

Journée Internationale de la Santé bucco-dentaire : « Moins on a de dents, moins on est performant au lit » (Dr Codou Badiane)

En prélude à la journée internationale de la santé bucco-dentaire célébrée le 20 Mars de chaque année, le Service National de l’Education et de l’Information Pour la Santé (SNEIPS) a organisé un atelier d’échanges et de partage ce vendredi 19 mars avec la presse.

Cet atelier entre dans le cadre d’une sensibilisation et d’une aide aux populations, par le canal des médias, afin que chacun puisse connaître les impacts d’une mauvaise santé bucco-dentaire sur la santé de l’individu en général. « Lien entre santé buccale et santé générale » Mauvaise haleine, Maladies cardiovasculaires, Diabète, Obésité, cancers telles sont les maladies que l’on risque lorsqu’on a une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Si on ferme la bouche, on ferme l’accès au reste de l’organisme. Docteur Codou Badiane, chef de division Santé bucco-dentaire au Ministère de la Santé et de l’Action Sociale est revenue, lors de cet atelier, en détails sur les maladies bucco-dentaires qui d’ailleurs sont classées dans les maladies non transmissibles et la classification de la carie dentaire à la 4ème place sur la liste des maladies fléaux en Afrique. Les infections entraînent des séquelles graves telles que la défiguration ou sont parfois la cause d’un décès brutal. Ces maladies ou affections bucco-dentaires touchent la moitié de la population mondiale dont 60% de jeunes. Elle déclare à cet effet que les maladies bucco-dentaires impactent sur la confiance de l’individu par conséquent sur le bien être de la vie. Chez les enfants, le retard de croissance est une conséquence majeure d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire qui entraîne souvent des caries dentaires. Chez les adultes, la malnutrition et le cancer de la bouche peuvent aussi être des conséquences néfastes d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Pour finir sur ce point, le docteur Badiane soutient que la sphère oro faciale est très essentielle à la Santé de l’individu, car tout est question de psychologie dans la nature humaine. « Bouche et Covid-19 » Il est soulevé lors de cette conférence la question du vecteur premier de transmission de la Covid-19. Il s’agit de la bouche, notamment des postillons. Mettre son masque inclut se protéger contre le virus et éviter de l’attraper par le canal nasal mais également de ne pas le transmettre en cas d’infection par le canal buccal. L’OMS a eu une enquête qui a révélé que 90% des soins dentaires ont été interrompus à cause de la pandémie. Une interruption due au manque du matériel de protection individuel et aussi la diminution des soins bucco-dentaires. Une réticence due aux mesures sanitaires incluant les restrictions de déplacement et les appréhensions des populations entre autres. Par ailleurs, la chef de la division Santé Bucco-dentaire de rassurer quant à l’équipement et à la disponibilité du personnel pour des soins bucco-dentaires adaptés et déclare que le Sénégal compte à ce jour plus de 500 dentistes, que le tiers est dans des structures publiques et qu’ils s’assure de la bonne prise en charge des patients. « Infections et Affections » Frotte dent ou brosse à dent? Quel type de dentifrice utiliser ? Une mauvaise hygiène bucco-dentaire est la cause première des risques d’infections bucco-dentaires avant la consommation abusive de sucre, de tabac et d’alcool, nous renseigne le docteur Badiane. En Afrique, et plus particulièrement au Sénégal, le facteur qui freine le plus les populations sur la santé bucco-dentaire est « le phénomène des préjugés ». Les femmes enceintes par exemple sont très souvent victimes des réalités du pays, de sorte que pendant la grossesse elles ne consultent plus. Cet arrêt de consultation peut conduire à des gingivites (saignements dentaires) qui entraînent très souvent une naissance prématurée de l’enfant. Un fait déplorable selon le docteur Badiane. Cependant elle soutient que la plupart des gens qui ne présentent aucune complication lors des visites chez le dentiste sont ceux qui utilisent le frotte dent ou se nettoient de la bonne manière avec une brosse à dent. Elle estime que tout dépend de la manière dont l’individu s’y prend. « sexualité et Dents » « Moins on a de dents, moins on est performant au lit », un fait très évident selon le Docteur Badiane, suite à la question d’un intervenant. En effet, la performance de l’homme comme de la femme peut diminuer si il ou elle n’à pas une bonne santé bucco-dentaire. Il est relevé que les affections bucco-dentaires jouent sur la psychologie et stressent l’individu de sorte que cela affecte son activité sexuelle. « Tout ce qui se manifeste au niveau de la bouche va se manifester au niveau de la flore vaginale. Une infection de la bouche peut très probablement entraîner une muqueuse vaginale », conclut-elle. « Remèdes de Grand-mères, Auto-médication » Au Sénégal il y a de bons remèdes traditionnels, des feuilles ou poudres pleines de vertus qui rendent unanimement la question du bon traitement. Le problème qui se pose est la posologie (mode d’emploi). Comment utiliser ces produits traditionnels et à quelle fréquence? « Tout excès est nuisible » rappelle le docteur Badiane. Elle révèle que les produits que l’on propose parfois sont vraiment très efficaces cependant il n’est pas recommandé de prendre tout produit conseillé, car les gens réagissent différemment après usage. Certaines personnes sont très susceptibles aux allergies et peuvent avoir des réactions désastreuses après utilisation ou vont présenter des séquelles graves dues à un mauvais dosage du produit en question. Elle ajoute qu’il n’est pas du ressort du médecin de conseiller à son patient de prendre des médicaments traditionnels même s’ils sont reconnus vertueux. « Se prémunir de ces maladies » « S’en occuper dès le bas âge est la meilleure des préventions »… Se brosser au moins 2 fois par jour, le soir avant de se coucher et le matin avant de sortir. Utiliser du dentifrice contenant du fluor, se rincer la bouche avec un verre d’eau après les repas et ne pas se brosser juste après avoir ingurgité une boisson acide. Faire des bains de bouche, utiliser un baume à lèvres pour enlever les fissures sur les lèvres et hydrater au maximum, éviter les produits de blanchiment des dents, ne pas se fier aux croyances, consulter au moins une fois par an un chirurgien dentaire, telles sont les recommandations du docteur Badiane. Pour ce qui est du ressort du Ministère de la Santé en ce qui concerne les pratiques liées à la tradition ou aux réalités socio-culturelles du pays telles que le tatouage de la gencive et l’usage de certaines substances sur la bouche et ou les dents, le docteur Badiane soutient que le Ministère ne peut que déplorer certains faits qui malheureusement sont des faits de société qui existent depuis toujours et qu’il est difficile d’éradiquer du jour au lendemain, même avec des preuves scientifiques et des arguments fondés. « Au Sénégal, il y a beaucoup de choses qui se font dans les arrière-cours des maisons et le ministère de la santé n’est pas au courant de certaines pratiques lugubres », termine t-elle. Sois fier de ta bouche, tel est le thème dédié à la journée Internationale de la Santé bucco-dentaire de cette année. Un thème développé par les représentants du SNEIPS lors de l’atelier d’échanges soutenu par le ministère de la Santé et de l’Action Sociale, qui soutient avec précision qu’ « une bonne santé bucco-dentaire peut vous permettre de vivre plus sainement et plus longtemps… » dakaractu

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer