salam
ActualitésEconomieSociété
A la Une

GP : Les coulisses d’un business à risques

Après l’affaire Fatou Kiné Ndiaye détenue au Maroc pour « trafic et détention de drogue », L’Observateur fait une plongée dans l’univers des « GP », (gratuité partielle).
 
Il s’agit d’un nom donné à des Sénégalaises et Sénégalais qui profitent de conditions avantageuses de voyage pour vendre leurs kilos en trop en transportant des colis vers Dakar.
 
Ce sont les postiers de l’informel qui convoient des colis et des marchandises, entre Paris et Dakar et vice versa, deux ou trois fois par semaine. 
 
Mais, ce métier n’est pas sans risque car étant infiltré par des réseaux de trafic de drogue à la recherche du gain.
 
En effet, les dealers peuvent introduire de la drogue dans les bagages du GP sans que ce dernier ne s’en rende compte, explique un d’entre eux, Mamadou, interrogé par le journal. 
 
C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à Fatou Kiné Ndiaye qui est étudiante au Maroc. Ne se se doutant de rien, elle a reçu un colis supposé être des chaussures, mais qui contenait en réalité de la drogue.
 
Au Sénégal, les GP ont été d’un apport considérable pour démonter les réseaux de trafic de drogue.
 
Un GP raconte que des clients en France leur ont livré à plusieurs reprises des colis contenant de la drogue à destination de Dakar. 
 
« Nous avons fait mine de ne rien comprendre, mais nous avons pris le soin de le signaler à la police. Une fois à Dakar, la police a arrêté ceux qui sont revenus réceptionner les colis », explique un autre GP.
 
Il y a un mois, un GP avait trouvé des sachets de cocaïne enfouis dans des bouteilles de crème de lait corporel à destination de Dakar.
Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité