salam
ActualitésInternational
A la Une

Il y a 20 ans, les talibans détruisaient les Bouddhas de Bamiyan

En mars 2001, les talibans délogeaient à la dynamite les célèbres Bouddhas de Bamiyan. 20 ans plus tard, les habitants de la région se remémorent cet événement funeste.

C’est un triste anniversaire que l’on commémore cette année. Il y a 20 ans presque jour pour jour, les talibans détruisaient les gigantesques Bouddhas d’Afghanistan, l’un des joyaux culturels et archéologiques du pays.

Ces deux immenses statues ont veillé sur la pittoresque vallée de Bamiyan pendant des siècles, survivant aux invasions mongoles et aux intempéries, jusqu’à l’arrivée des talibans qui, avec leur vision ultra radicale de l’islam, n’ont pas hésité à anéantir ces trésors antiques.

Après des années d’offensives destructives dans tout le pays, les talibans, qui considéraient toute représentation d’une forme humaine comme un affront à l’islam, s’en sont pris aux Bouddhas de Bamiyan. Ils les ont d’abord attaqués avec des tirs d’artillerie pour finir par les faire exploser en mars 2001.

Sculptés au cœur d’une falaise au Ve siècle, les Bouddhas ont été délogés à la dynamite par des gens du coin engagés par les talibans. Ghulam Sakhi, un habitant de Bamiyan, se souvient encore avec amertume du rôle qu’il a été forcé de jouer dans cet affront à la culture préislamique du pays.

«Ce n’est pas un souvenir que l’on peut oublier», raconte-t-il à l’AFP, ajoutant avoir été attrapé sur le marché avec des dizaines d’autres pour aider à dynamiter les deux statues monumentales. «Je ne pensais qu’à sauver ma peau ce jour-là», se justifie-t-il.

La destruction des Bouddhas est considérée comme l’un des pires crimes archéologiques de l’histoire du monde. Elle a propulsé l’idéologie radicale des talibans sur le devant de la scène planétaire quelques mois à peine avant les attentats du 11 septembre qui ont provoqué l’intervention américaine dans le pays et la chute du régime taliban.

Mentionnées pour la première fois en 400 après JC dans les écrits d’un pèlerin chinois, les statues rappelaient l’importante présence bouddhiste au coeur des montagnes de l’Hindou Kouch, le long de la fameuse route de la soie. Les deux Bouddhas mesuraient 55 et 38 mètres de haut. Les statues, sculptées à la main dans les falaises de grès couleur caramel de Bamiyan, étaient entourées d’un réseau de caves, monastères et autres lieux saints. Aujourd’hui, on peut encore y distinguer des restes de fresques.

Pendant des générations, M. Sakhi et sa famille ont tiré fierté des trésors archéologiques qui attiraient les touristes du monde entier arpentant le célèbre «sentier hippie» dans les années 1960 et 1970. «Les touristes étrangers arrivaient en grand nombre pour visiter les statues et beaucoup de gens, dont mon père, leur procuraient de la nourriture et d’autres choses pour de l’argent», raconte Sakhi.

Hamza Yosufi, un habitant témoin de la destruction des statues.

«Le travail marchait bien. Tout le monde – les commerçants, chauffeurs, propriétaires terriens, et autres – en bénéficiait». Mais l’arrivée des talibans dans la vallée, avec leurs armes lourdes et leurs visions apocalyptiques, a ébranlé pour toujours le paysage de Bamiyan.

Les Bouddhas «étaient beaux à regarder, une source d’espoir pour les gens», se souvient Hamza Yosufi, un habitant témoin de la destruction des statues. L’énorme explosion, filmée, a été ressentie dans la vallée entière, l’emplissant de poussière et fumée. «C’était terrifiant… J’en ai eu le cœur complètement brisé, comme tout le monde», déplore-t-il.

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité