ActualitésPolitiqueSanté
A la Une

Macky Sall : « pourquoi il vaut mieux se vacciner »

Le chef de l’Etat Macky Sall a expliqué, mardi, les raisons pour lesquelles il vaut mieux se vacciner contre le Coronavirus. Au micro d’Alain Foka, l’invité de Rfi Soir est également largement revenu sur le choix du vaccin chinois pour démarrer la première phase de la campagne de vaccination.

« La rumeur (autour des vaccins) a créé une psychose, pas seulement en Afrique mais dans le monde entier. Mais, le vaccin a un principe qui veut qu’on inocule quelque chose qui provoque un peu la maladie et qui permet au corps de produire des anticorps, de résister. C’est un principe qui ne date pas d’aujourd’hui », a indiqué Macky Sall. Et d’ajouter : « mieux se faire vacciner que de ne pas le faire. Parce que de toute façon, le plus gros risque c’est que le vaccin ne soit pas efficace. A la limite, on se prémunie et d’ailleurs les pays qui ont fait le plus grand bon comme l’Israël ont montré qu’avec le taux de vaccination très élevé, que on arrive à immuniser la population, à régler les risques d’infection ». Le présidnet Sall, qui annonce qu’il va se vacciner « immédiatement », a précisé qu’il n’est pas dans la cible première. « Je suis président de la République, je dois être premier à me vacciner, mais j’ai dit à mon ministre de la Santé que je veux une transparence absolue sur le processus de vaccination », a-t-il ajouté.

Interpellé par le journaliste de Rfi sur le choix de Sinopharm, le chef de l’Etat rappelle que le vaccin chinois est le premier vaccin disponible. « Depuis la découverte des vaccins, nous nous sommes évertués dans le concert des Nations à travailler avec l’initiative Covax, mais nous avons constaté qu’au moment où les pays développés ont commencé la vaccination, l’initiative n’avait pas pu mobiliser les vaccins. Mais d’ici le mois de mars, on pense que les premières doses Covax seront disponibles », a expliqué Macky Sall.

« Que les vaccins soient partagés ».

Le président de la République précise : « je ne peux pas attendre que les premiers vaccins Covax nous parviennent. J’ai en même temps développé des initiatives au plan bilatéral avec tous les pays producteurs de vaccins. C’est ainsi qu’on a travaillé avec la Chine. Je me suis adressé à la Russie. Je suis en discussion avec le président Poutine pour pouvoir obtenir le Spoutnik V tout comme nous avons déjà lancé des initiatives pour disposer du vaccin Pfizer ».

Il a, par ailleurs, révélé avoir eu des discussions récemment avec le président français Emmanuel Macron, « pour dire que l’Afrique attend de ses partenaires traditionnels, et des pays du G7 en particulier, que ces vaccins soient partagés ».

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer