salam
ActualitésPolitique
A la Une

La Commission ad hoc acte la mise de Sonko à la disposition de la justice

Le leader de Pastef est à  un pas de la levée de son immunité parlementaire. Visé par une plainte pour « viols répétés » et « menaces de mort » déposée à  la Section de recherches de la Gendarmerie nationale par Adji Sarr, une employée d’un salon de massage, Ousmane Sonko est parti pour rallonger la liste des députés de l’opposition livrés à  la justice sous le régime en place.

En effet, la commission ad hoc chargée de statuer sur la procédure de la levée de son immunité parlementaire désormais constituée de huit députés du groupe de la majorité et un de l’opposition a tenu hier, lundi 22 février sa dernière rencontre sans la présence d’Ousmane Sonko et des députés Cheikh Bamba Dièye et Moustapha Guirassy, représentants démissionnaires du groupe des non-alignés et de l’opposition, au sein de ladite commission.

A l’issue de cette rencontre, il a été annoncé la saisine de la plénière de l’Assemblée nationale dans les tout prochains jours pour approuver la levée de l’immunité parlementaire. Seul représentant de l’opposition à  prendre part aux travaux de la commission ad hoc d’hier, le président de l’unique groupe parlementaire de l’opposition « Liberté et Démocratie », Cheikh Mbacké Bara Dolli au sortir des travaux de la commission a affirmé que la position du Parti démocratique sénégalais (Pds) concernant cette procédure de levée de l’immunité du leader de Pastef n’a pas varié d’un iota. « Notre position demeure la même. Nous sommes contre la levée de cette immunité parlementaire. Notre combat, c’est de continuer à  défendre Ousmane Sonko, victime d’un complot politique. Ce qui est injuste», a-t-il martelé.

Poursuivant son propos, le chef de file de l’opposition parlementaire a également profité pour donner les raisons pour lesquelles il s’est désolidarisé de la décision de boycotter les travaux de cette commission prise par ses collègues, Cheikh Bamba Dièye et Moustapha Guirassy.

Et c’est pour préciser : « nous restons dans la commission et nous allons continuer à  défendre Sonko. On ne fera pas la politique de la chaise vide. Nous continuerons donc notre combat même en plénière. Nous poursuivrons ce combat car nous voulons que dans les Pv, les générations futures sachent que le groupe «Liberté et démocratie» a combattu cette injustice ».

#Sudonline
Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité