ActualitésPolitique
A la Une

Assemblée nationale : « Il n’y a pas eu boycott, l’opposition parlementaire était là jusqu’à la fin de la procédure » (Majorité Bby)

« Il n’y a eu de boycott, l’opposition parlementaire était là jusqu’à la fin de la procédure », a d’emblée précisé à Seneweb, le député Adji Mergane Kanouté, vice-présidente de la coalition majoritaire Benno Bokk Yakaar à l’Assemblée nationale. En réaction à la sortie de l’opposition qui déclare avoir boudé les travaux, elle restitue sa part de vérité dans les événements de ce mercredi matin dans le cadre de la procédure de levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko.
 
« Ils (l’opposition : ndlr) ont posé une question préalable et Toussaint Manga a eu  5 mn de parole sans interruption. Mais la question a été rejetée par la majorité », éclaire-t-elle. Avant de souligner : « C’est la présidente de la commission des lois et le rapporteur qui sont autorisés à prendre la parole. La liste de la commission a été ratifiée par l’opposition parlementaire et les non-inscrits parce que c’était ça l’objet de la rencontre d’aujourd’hui. L’opposition a écrit un courrier en proposant Cheikh Bamba Dieye à la place de Fatou Ndiaye, cela a été accepté ».
 
« Nous restons convaincus que Ousmane Sonko viendra répondre à la commission ad hoc »
 
Elle persiste et signe : « Il n’y a pas eu de boycott, ils étaient tous là. C’est à la dernière minute qu’ils ont quitté la salle. Ils ont quitté quand nous étions en train de voter pour le oui », rectifie Adji Mergane Kanouté, qui dit lancer « un appel à la sérénité et à la raison. Nous, parlementaires, avons un collègue qui a été incriminé. Et nous devons laisser la justice faire son travail. Nous avons la responsabilité d’entendre notre collègue Ousmane Sonko. Nous restons convaincus qu’il viendra répondre à la commission ad hoc », espère-t-elle. Soulignant toutefois, que « Ce qui doit intéresser les Sénégalais, c’est la manifestation de la vérité. Nous devons rester lucides et être responsables. Des députés qu’on ne voyait plus depuis plusieurs années sont venus aujourd’hui », ironise-t-elle.
 
« Nous devons rester sereins et manifester pour la manifestation de la vérité. Même Ousmane Sonko doit militer pour la manifestation de la vérité; pour que le droit soit dit », conclut la vice-présidente de Bby à l’Assemblée.
 
Pour ce qui est de la commission ad hoc composée de 11 membres, « elle est en train de dérouler ». Et pour conduire les travaux, il faut un président, un premier vice-président issu des rangs du groupe libéraux et démocrates ou des non-inscrits, et un deuxième vice-président et un rapporteur.
Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer